SECTEUR DES TRANSPORTS SOUS LA TROISIEME REPUBLIQUE

Politiques
publié le 11-08-2020 01:12
SECTEUR DES TRANSPORTS SOUS LA TROISIEME REPUBLIQUE

Depuis l’avènement de la Troisième République en Guinée, le secteur des Transports s’est fait du chemin. Plusieurs réformes ont été engagées dans ce domaine sous les auspices du Chef de l’Etat, Pr Alpha Condé.

Le ministre d’Etat, ministre des Transports, Aboubacar Sylla, lors de la récente conférence de presse avec les médias nationaux et étrangers, autour du ‘’bilan et perspectives du secteur des Transports’’ dans notre pays, a passé au peigne fin toutes les avancées. Notamment dans le domaine des transports terrestre, maritime ainsi que celui ferroviaire.

 Le ministre Aboubacar Sylla, a fait savoir que ce processus de réformes enregistrées depuis plusieurs mois maintenant, est un énorme coup d’accélérateur. Et assure un fort ancrage grâce à une gestion plus rigoureuse et portée sur les résultats. Et ce, pour l’encouragement des différentes initiatives publiques, privées et mixtes visant à renforcer l’ensemble des réponses formulées par tous les acteurs concernés face aux nombreux et complexes défis de transports des populations. 

Parlant des acquis dans le domaine des transports terrestres, M Sylla rappelle « l’intervention de douze textes législatifs et réglementaires renforçant considérablement la réglementation en vigueur en vue de garantir la sécurité et la sûreté des usagers de la route, le renforcement de la signalisation routière à travers la réhabilitation de onze carrefours en feux tricolores dans la ville de Conakry, la construction de la signalisation verticale et horizontale de voiries de Kankan et de Mamou, l’implantation de panneaux de tronçonnement à Conakry, la distribution, récemment de 1000 panneaux de signalisation routière pour toutes les communes de la ville de Conakry, la création de la Société de Transport de Guinée (SOTRAGUI) avec la mise en circulation de 50 nouveaux bus pour un trafic de près de 40.000 passagers. Et l’initiation du projet en cours d’aménagement de la plateforme logistique des transports de Kouria »

 Pour le ministre des Transports, « le défi dans ce domaine consiste à l’épineuse nécessité de la réhabilitation du chemin de fer Conakry-Niger, pour développer ainsi les échanges économiques à l’intérieur du pays, ainsi qu’avec les Etats de la sous-région. »

«Notre vision, assure-t-il,  est d’initier le développement du ferroviaire en entamant et exécutant la première phase du tronçon de 42 kilomètres Conakry-Gomboya. Ce qui permettra de désenclaver le port sec de Kagbélén et de désengorger notre capitale en la débarrassant de ces gros porteurs, de tous ces camions porte-containers qui sont obligés de traverser toute la capitale jusqu’au Port autonome de Conakry ou au Terminal à containers, pour pouvoir évacuer les marchandises qui y sont livrés ; la mise à disposition de l’Etat, du train de banlieue « Conakry Express »,  pour un trafic de 10.000 passagers par jour ; l’amélioration significative des conditions de vie et de travail ainsi que le renforcement des capacités du personnel exploitant sont les acquis dans ce secteur».   

Progrès dans le domaine maritime

 Concernant les progrès dans le domaine maritime, il a cité entre autres, le nouveau code maritime assurant une meilleure réglementation du trafic en mer, la construction des ports de Konta (Forécariah), de Katougouma et Dapilon (BoKé), de Cape verga (Boffa), la construction du quai de Kassa et un centre de formation maritime et portuaire ainsi que la formation d’une quarantaine d’agents au métier de la mer.

M. Sylla évoque par ailleurs l’implantation des feux de signalisation maritime aux débarcadères des Iles de Loos pour faciliter la navigation à tout temps ; l’acquisition de deux vedettes de recherche, d’assistance et de sauvetage en mer ; l’acquisition de deux véhicules de liaison pour le centre de sécurité maritime de Conakry et de Kamsar ; la mise en place des stations radio au niveau du centre de sécurité maritime de Kamsar et de Conakry.

Mettant un point d’honneur sur cet aspect, il y a lieu de relever l’augmentation du trafic de marchandises par an, passant de plus de 6 millions de tonnes en 2010 contre 10.700000 tonnes en 2018, soit une hausse de 56%. Tout comme l’augmentation du trafic containeurs annuel passant de 115.567 en 2010 à 286.959 en 2018 soit une évolution de 148% !

Une contribution de 19 milliards gnf au BND

Toujours évoquant des succès, notons l’extension et la modernisation du terminal à containeurs grâce à la Convention avec le groupe Bolloré Africa Logistics, la conclusion de la convention sur l’expansion et la modernisation du port conventionnel de Conakry avec le groupe Albayrack, l’augmentation de la participation au Budget National de Développement (BND) passant de 4 milliards à 19 milliards par an. Et l’acquisition et l’aménagement d’une aire de stationnement de 17.500 m2 pour les engins roulants.     

 « Notre vision est d’assurer le contrôle et la maîtrise du parc automobile par l’instauration de la visite technique automobile obligatoire et le contrôle rigoureux de l’âge minimum des véhicules à l’importation. Le renforcement du parc automobile ainsi que le régime de gestion de la société publique de transport urbain permettront de consolider l’offre afin de répondre plus efficacement aux besoins de mobilité urbaine des populations, surtout de la capitale, à travers la sécurisation des titres de transport et l’encadrement des auto-écoles, notre vision est de promouvoir davantage, la sécurité routière pour l’ensemble des usagers…» précise-t-il.

Du secteur aérien

Selon le ministre Sylla, les  acquis enregistrés  dans le secteur aérien se présentent comme suit : «l’intervention du nouveau Code de l’Aviation Civile, l’augmentation du nombre de compagnies aériennes desservant l’Aéroport International de Conakry Gbessia, passant de 6 compagnies en 2010, à 13 compagnies en 2018, l’augmentation des trafics passagers, passant de 248.000 passagers en 2010 à 527 0 000 en 2018 et celle du trafic fret passant de 2.700 tonnes en 2010 à 4.600 tonnes en 2018, l’amélioration des infrastructures de l’Aéroport de Conakry (rénovation de l’aérogare international, installation de 2 satellites télescopiques et construction d’un meeting point), l’agrandissement de l’aire de stationnement des aéronefs (Tarmac). »

Faut-il ajouter aussi la mise à niveau des équipements d’aide à la navigation aérienne, la modernisation des équipements de la tour de contrôle de l’aéroport de Conakry, l’amélioration de la sécurité incendie avec l’atteinte de la catégorie neuf pour une meilleure protection des vols ; le renforcement de la sûreté avec la mise à disposition à l’aéroport de Conakry des scanners pour le contrôle des bagages et fret, de portiques et magnétomètres pour le contrôle des personnes ainsi que le renforcement du contrôle documentaire à l’aéroport de Conakry.

 Aboubacar Sylla n’a pas aussi omis de noter d’autres efforts dont  l’acquisition et l’installation de dix-sept stations métrologiques automatiques pour des préfectures, l’acquisition et l’installation d’un studio de météo-média pour la diffusion du bulletin de la métrologie, l’acquisition des équipements  pour l’archivage et la numérisation des documents et des données climatologiques, la dotation des pluviomètres et la formation de 1000 paysans à la collecte et l’utilisation des informations météorologiques et climatologiques sont en substance ; le bilan enregistré dans le secteur de la métrologie.  

S’agissant des perspectives, le ministre d’Etat, ministre des Transports est assez optimiste.

« Les perspectives se révèlent comme suit : La création d’une société de transport de personnes à régime mixte avec l’ouverture de lignes urbaines et interurbaines ; le renforcement très imminent du parc actuel de la SOTRAGUI avec la récupération de plusieurs dizaines de bus du précédent parc ; la construction de 8 centres régionaux de contrôle d’automobile ; la mise en ligne d’un second train de passagers dénommé ‘’Dubréka Express’’ sur ligne Fria ; la finalisation de la mise en place de la compagnie aérienne de droit guinéen ‘’Guinée Airlines’’ en partenariat avec ‘’Ethiopian Airlines’’ ; la rénovation des aéroports régionaux de Kankan, Labé, N’Zérékoré ; le renforcement des effectifs et des capacités du personnel de la direction nationale de la Météorologie… ».

Une synthèse de Thièrno Kalifatou Doumbouya